Please reload

Posts Récents

La dynamique de la transformation Culturelle à l'heure du numérique.

June 20, 2018

1/4
Please reload

Posts à l'affiche

Événement CEGOS - privatisation de l'Atelier des Lumières : Un Événement en 3D !

June 12, 2018

 

 

Pour la 6ème édition de son Événement annuel organisé avec SENZEÔ ART, le Groupe CEGOS investit l’Atelier des Lumières et annonce de manière spectaculaire son nouveau parcours et service "4REAL". Le public clients du groupe est venu nombreux pour vivre l'expérience immersive de l’exposition numérique Gustav Klimt et Egon Shiele en parfait écho avec le positionnement de l'entreprise qui fait du Digital Learning et de l’Expérience clients deux axes majeurs de son développement. L’intervention de l’historien d’Art Jerôme Buisson a permis de poser à 360 degrés le thème des enjeux la transformation numérique dans le domaine de la création artistique à l’heure de l’intelligence artificielle. L’exposition "Poetic AI" du collectif contemporain Ouchhh a clôturé une soirée inoubliable où la signature du Groupe "Beyond Knowledge" a été portée sur la 3ème dimension ! Vous avez dit Génie de l’ART & Génie de l'Entreprise ! 

 

 

«L’Art et les enjeux de la transformation digitale»

Par Jérôme Buisson, Historien d’art en collaboration avec Tania ZANA & Marc FOURCADE

 

Événement Cegos du 29 mai 2018 à l’Atelier des Lumières - Paris

 

 

 

Quand l’actualité artistique rencontre celle de l’entreprise !

Leader international de la formation professionnelle, le Groupe Cegos fait converger, le temps d’une soirée, l’actualité culturelle et celle de l’entreprise.

Du Grand Palais à La Villette, en passant par l’inauguration de l’Atelier des Lumières, la saison culturelle parisienne met en perspective les enjeux soulevés par l’introduction des nouvelles technologies au sein des pratiques artistiques. Une actualité en lien avec celle de l’entreprise, qui fait désormais du Digital Learning et de l’Expérience Clients, deux axes majeurs de son développement.  

Au fil de cette intervention, nous interrogerons le sens de cette convergence pour mettre en valeur le fait que les changements de paradigmes culturels dus à la révolution numérique peuvent accompagner les transformations profondes du monde du travail et de l’entreprise. 

 

Art, science & technologie 

Dans sa pratique, l’histoire de l’art a longtemps ignoré les liens entre l’art et la science et il nous aura fallu attendre le 20ème siècle pour comprendre comment les mathématiques ont déterminé l’évolution de la peinture à la Renaissance… pour mesurer ce que l’œuvre d’un peintre du  17ème siècle, comme Johannes Vermeer, doit à l’exploitation de la chambre noire... pour saisir à quel point, dès les années 1840, l’invention de la photographie inspire la modernité… 

Au seuil du 3ème millénaire, on a d’abord cru que l’exploitation artistique de l’informatique, du digital et désormais de l’intelligence artificielle, inauguraient un nouveau chapitre de ce dialogue entre l’art et la science. Nous savons désormais que la révolution digitale (qui s’achève !...) et le développement de l’intelligence artificielle qui ouvre un champ de possibles inédits, témoignent en réalité d’un évolution beaucoup plus profonde, d’une mutation au moins comparable à celle qui s’opère avec l’invention de l’écriture (qui donna aux hommes les fondements du droit et de l’économie) ou à celle que l’on doit à l’invention de l’imprimerie (qui bouleversa notre rapport au savoir). 

Dans l’histoire de l’humanité, l’avènement des nouvelles technologies qui bouleversent en profondeur notre rapport au monde, témoigne, en réalité, d’un changement de civilisation. Pour la première fois dans l’histoire, jamais l’homme n’a été aussi puissant ! Il est désormais capable de détruire la planète, d’augmenter ses performances corporelles ou de modifier la nature des organismes vivants… La dimension paradoxale de cette période de transition est que, fort de ses nouveaux outils, l’homme n’a pourtant jamais été plus fragile! Car, à l’aube de cette nouvelle Renaissance qui s’annonce, il lui manque encore des valeurs adaptées au monde qui vient. Sur cette ligne de crête, où de nouveaux équilibres restent à trouver, l’engouement pour les questionnements éthiques qui impactent aujourd’hui tous les domaines de l’activité humaine - du politique à l’écologie, en passant par l’économie, la médecine, l’éducation ou le sport - témoigne de ce changement de paradigme global qu’illustrent, dans le champ de l’art, l’exposition « Robots » du Grand Palais ou l’œuvre immersive présentée par l’Atelier des Lumières. 

 

Vers un changement de paradigme

En art, comme ailleurs, les nouvelles technologies sont le signe d’un changement de paradigmes qui bouleverse totalement les catégories conceptuelles qui avaient cours jusque-là et remettent en cause aujourd’hui,  le statut de l’artiste, de l’œuvre et du spectateur. 

Hier considéré comme un être à part dans le paysage social, adepte d’une hyper-morale difficile à saisir et célébré pour son savoir-faire unique ou sa virtuosité… l’artiste du futur aura peut-être davantage le profil d’un programmeur !... à l’image de ceux qui conçoivent désormais les logiciels que nous utilisons au quotidien et qui déterminent nos nouveaux comportements sociaux.

De leur côté, les œuvres à venir perdront peut-être ce caractère « unique » qui fait aujourd’hui leur valeur. Apanage du luxe, la rareté, comme valeur intrinsèque de l’œuvre, sera certainement contrebalancée par l’essor des multiples. Le succès croissant de la photographie sur la scène culturelle (expositions, festivals internationaux, etc.) en témoigne déjà, participant d’une nouvelle démocratisation de l’art. Confrontés à des œuvres de plus en plus éphémères, les musées auront à penser autrement leur rôle et leur action. De leur côté, les institutions culturelles auront à faire face à des besoins logistiques nouveaux pour pouvoir présenter au public des œuvres de plus en plus technologiques.

Enfin, la dimension de plus en plus interactive des œuvres elles-mêmes, renouvellera certainement la structure de l’expérience esthétique proposée aux spectateurs.

Les contempteurs de l’art contemporain dénoncent depuis longtemps déjà les prémices de ces évolutions, et, à travers elles, l’évolution tout court… sans s’apercevoir que l’historie de l’humanité n’est, finalement, qu’une succession de changements de paradigmes ! De la Mésopotamie du IIIème millénaire avant notre ère jusqu’au monde contemporain, le changement est inscrit au cœur de l’humanité, parce qu’il est le principe même du vivant ! 

 

Dans le domaine de l’art, les nouvelles technologies ouvrent un champ de questionnement totalement inédit quant à la spécificité, l’imagination en général et l’acte créatif en particulier. Les machines seront-elles un jour capables d’égaler les artistes ? Un robot peut-il créer une  émotion ? etc. Pour l’instant, les machines ne sont pas en mesure de créer et, de toutes façons, ce n’est pas ce qu’on leur demande ! Elles sont capables, tout au plus, de reproduire quelques tableaux, mais sûrement pas d’en créer. Moins porteuses de sens que synonymes des craintes qu’inspire actuellement l’intelligence artificielle, on finirait presque par oublier que, depuis décembre 2016, nous savons désormais que les machines communiquent entre elles. Et si l’on ignore encore ce qu’elles se racontent, on gagnerait bien plus à se demander si elles sont capables d’un langage poétique et si elles sont dotées d’un imaginaire ?

Quelle que soit l’étendue de ses performances, l’intelligence artificielle ne remplacera pas les artistes. Pour la bonne et simple raison que l’acte créateur est un chemin vers l’inconnu… l’expérience du hasard, de l’accident, de l’imprévu d’où surgissent le sens et l’émotion.

 

Que nous dit l’art du monde qui vient ?  Et comment peut-il aider l’entreprise ? 

Particulièrement sensibles aux évolutions sociétales, les artistes ont toujours dessiné, à travers leurs créations, les contours du monde qui vient. Sait-on, par exemple, que les gouaches découpées d’Henri Matisse, réalisées à la fin des années 1940, déterminent l’aspect formel de certaines publicités et que les façades de verre de nos gratte-ciels trouvent leur origine dans les fenêtres en bandeau conçues par Le Corbusier dans les années 1920 ? 

Plus que jamais, nous avons tout à gagner à « savoir écouter » ces visionnaires ! Reste que, savoir écouter ceux qui ont toujours un temps d’avance, ce n’est pas seulement s’inspirer de leur propositions formelles, mais c’est déjà comprendre leur manière de penser et ce qui la caractérise, à savoir : leur agilité !

L’agilité d’un artiste, c’est avant tout une aptitude redoutable à se réinventer sans cesse ! C’est une vision du monde la plus large possible, pour être en mesure d’appréhender les changements qui impactent nos environnements. C’est savoir gérer en continu l’incertitude, la surprise, l’inattendu… Grâce à une capacité d’écoute hors-norme, l’agilité d’un créateur c’est aussi la prise en compte du sensible comme outil d’avancement.

 

A l’heure où l’entreprise se réinvente, l’agilité des artistes peut être une source d’inspiration  féconde et leur protocole de travail, un modèle particulièrement porteur. Car si nous savons que, dans un futur plus ou moins proche, l’intelligence artificielle remplacera l’humain au cœur des stratégies de l’entreprise, reste à savoir comment et sur quelles bases?

Les artistes ouvrent la voie à la reconnaissance du collaborateur comme lieu d’une richesse inestimable : celle de l’idée (ce dont les machines, pour l’instant, sont totalement incapables).

Valoriser l’humain dans sa dimension « sensible » comme un levier de performance face à l’excès de rationalisation qui caractérisait, jusque-là, l’ère qui s’achève, c’est penser autrement la place et le rôle du collaborateur dans l’entreprise. C’est lui proposer d’agir autrement, et l’inviter à mettre au service d’une cause commune ce qui le singularise, ce qu’il a d’unique en lui. Savoir valoriser l’essence de l’être, sera sans doute la grande aventure des entreprises qui, demain, s’imposeront. 

Valoriser la créativité, le sens, le « vrai » (par opposition au virtuel) impliquera également de la part des entreprises, le souci constant de privilégier le beau comme le bien-être, et de nourrir en continu une certaine idée de l’harmonie qui favorise la pensée et gage de sa vitalité. Plus qu’un projet, une telle évolution est aussi une question de responsabilité.

 

La formation en question !

Dans cette période de transition, la formation est une question centrale, puisqu’elle est le fondement de tous les champs de l’activité humaine. Il nous appartient d’interroger ses fondamentaux dans une perspective éthique et de ne pas perdre de vue, pour commencer, que l’identité d’une civilisation, d’un collectif, au même titre que celle d’une entreprise, repose moins sur ses valeurs, que sur la manière dont elle les transmet. 

A l’heure où les nouvelles technologies offrent un accès quasi immédiat à la connaissance, le formateur est désormais, plus que jamais, du côté du savoir. Dans un flux d’informations constant, l’essentiel de son activité vise à transmettre les outils à partir desquels l’apprenant pourra trier les données, pour ordonner ses idées. En ce sens, le formateur transmet un état d’esprit, une énergie, une capacité à faire des choix et donc à savoir renoncer. Au regard du monde qui vient, le formateur sera, demain, un passeur de liberté et, par conséquent,  le révélateur de la plasticité des esprits. « On n’enseigne pas ce que l’on sait, disait Goethe, on enseigne ce que l’on est ! ». 

 

Les nouvelles technologies ouvrent la voie d’une pédagogie de l’évidence, à même de faire vivre l’homme dans sa différence, de révéler ce qui fait l’essence de son être et de libérer le génie qu’il porte en lui. C’est dire qu’en matière de formation, le champ des possibles n’a jamais été aussi vaste et porteur d’espoirs. 

 

 

 

Jérôme Buisson – Historien d’art 

En collaboration avec Tania Zana & Marc Fourcade – SENZEÔ ART

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

@2015 Senzeô Art. Tous droits réservés