Suivre Leonard et arriver au top !




Chers Amis,


J’ai parcouru il y a peu de temps des études très instructives sur l’économie de la connaissance. J’ai découvert que ce courant de pensée axé sur le rôle moteur de la connaissance dans la compétitivité et la croissance (via la recherche et développement et la formation notamment), datait des années 1990 et que le


sommet économique et social européen de Lisbonne en 2000, se donnait l'objectif stratégique de   « devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique, capable d’une croissance économique durable, accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale* ».  La question du savoir était alors posée comme la condition d’une économie performante et émancipatrice, capable de se projeter dans l’avenir.  Ces études démontrent des liens de causalités avec l’avénement des technologies de l’information et de la communication. Il est intéressant de s’interroger alors, si  les liens  entre savoir et nouvelles technologies ont contribué à ce jour à élever le niveau général de maturité, à la source de tout changement durable.  Le changement au cœur des enjeux de l’entreprise aujourd’hui s’accompagne-t-il d'une réflexion sur l'évolution culturelle pour produire de l'innovation ? Innover n’est ce pas d’abord agir sur les états d’esprits?, penser nos organisations et notre futur à partir de nouvelles ressources logées dans les espaces infinis de notre cerveau si plastique, en lien aussi avec les connections neuronales du coeur ?

C’est en partie la démarche que se donnent les managers du bonheur ou "Chiefs happiness" chez Google ou dans les starts up de la silicone vallée, dont il reste à prouver la sincérité de l’intention. Du côté des neurosciences, Maureen Clerc chercheuse à l’ICM confirme à propos de l’interface cerveau-ordinateur : "un cerveau qui imagine est un cerveau qui agit. Si de retour à l’économie, la notion d'innovation a été créée par Schumpeter au siècle dernier, force est de constater qu'elle a déjà fait ses preuves depuis longtemps dans l’histoire de l’Art.  Léonard de Vinci dont nous célébrons cette année les 500 ans de sa mort, résumerait à lui tout seul toute la création de la Renaissance. Incarnation du Génie par l’innovation dans de nombreuses disciplines, le philosophe Roger-Pol Droit nous invite à tirer les leçons de Léonard : «son œil et sa pensée voyagent dans un monde mobile et sans frontières". "Dans son regard l'effacement des lignes de partage est vital". Il bouleverse à peu près tout ce qu’il touche mais il ne revendique jamais la nouveauté. Il agit au lieu de parler. Il est disruptif par ce qu’il crée, non par posture et par discours.» Visionnaire et riche d'enseignements !  Aussi, n'hésitez plus à introduire l'Art dans vos organisations à travers les différents moyens que vous propose SENZEÔ ART pour accompagner l'innovation technologique par de l'innovation culturelle. La proximité avec les artistes dans leur engagement, et dans l’alignement sincère entre la pensée, le cœur, l’action produit une majorité des chefs d’œuvres ! Nous vous souhaitons de belles festivités d’été, en attendant le programme hors normes des Expositions de la rentrée !  Tania ZANA  CEO Founder 

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

@2015 Senzeô Art. Tous droits réservés